Discours du Maire pour le baptême du « Pont des Guérilléros Espagnols » le 14 juin 2019.

Publié le par Mairie de Capvern

Mesdames et Messieurs les responsables d’associations d’anciens combattants, mesdames et messieurs,

 

Il nous revient, aujourd’hui, de retracer l’épopée de ces républicains espagnols qui, après la victoire de Franco, connurent l’exode, l’exil, les camps de concentration en France ; l’histoire de ces militants communistes, anarchistes qui participèrent à des actes de résistance contre l’occupant nazi, à la libération de la France et poursuivirent le combat antifasciste depuis des bases arrière dans les Pyrénées.

Organisés en unités de guérilleros, les républicains espagnols ont pris une part décisive dans de nombreux combats : dans l’Aude, l'Ariège, les Pyrénées-Orientales, les Pyrénées-Atlantiques, le Gers ou le Gard.

Ici à 10 h, le 14 juin 1944, 40 maquisards et 45 guérilleros sont engagés dans un combat contre un convoi allemand, 5 véhicules ennemis détruits, 33 Allemands tués et 28 blessés. Irénée Aubert, du maquis de Nistos y perdra la vie.

Ces hommes ne se battaient pas pour défendre leur patrie, leur famille, leur village, leur clocher, leur maison, mais simplement pour la liberté et la dignité !

Si la paix sans condition et la réédition des nazis fut signée il y a 74 ans, ce fut au prix de souffrances, de millions d’êtres humains sacrifiés, torturés, assassinés.

Souvenons-nous et n’oublions pas tous ceux qui donnèrent leur sang et leur vie pour libérer notre pays et l’Europe de la bête immonde fasciste.

Souvenons-nous des millions de personnes assassinées par les nazis dans les camps de concentration, trop peu en sont revenues.

Il nous semble utile de rappeler que la paix de ce monde doit pouvoir être maintenue car il en va de la survie de notre espèce humaine et des générations futures.

C’est un immense honneur pour moi de me joindre à vous, vous associations d’anciens combattants qui œuvrez au quotidien pour témoigner des atrocités engendrées par ces hommes avides de pouvoir !

Quand l’amicale des Guérilléros Espagnols nous a demandé s’il était possible que ce pont soit baptisé du nom des Guérilléros Espagnols cela nous a semblé logique et nous avons mis tout en œuvre pour cela !

Je veux remercier la direction de la SNCF qui a tout de suite répondu favorablement à cette demande, le département qui nous a autorisé à réguler la circulation, les services techniques de la commune, l’ensemble des associations des anciens combattants.

 

Publié dans L'équipe municipale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :